Hydravions

Pour télécharger le ficher de tous les hydravions existants, et leurs caractéristiques, par Pascal Parpaite : Cliquez ici


Vous pouvez par ailleurs accéder à un inventaire complet des hydravions de Scandinavie, et leur historique, sur le site de nos amis norvégiens : http://www.seabee.info/seaplanes.htm


En introduction, Toutes la série des Cessna et Piper à ailes hautes, sont susceptibles de recevoir les modèles adaptés de flotteurs, parmi les catalogues des grands fabricants américains

____________________________________________________________________________

Les russes ne sont pas à court de créativité, pour cet amphibie à train classique bimoteur 2x 180 cv.

Encore un peu d'imagination et sous réserve de certification et de production, la relève des vieux Grumann et Twin Bee est bien assurée !

 

 

Cliquez ici pour la vidéo du décollage

 

Le petit frère L42 vole aussi : http://www.l42m.com/

Le futur de l'hydraviation !

Construit en Hongrie, propulsé par turbopropulseur Walter M601, et équipé en 6 places.

L'avion est en attente de l'autorisation de vols d'essais par l'Etat Hongrois.

La construction d'une usine moderne est à suivre, en bordure du lac Balaton.

 

Bimoteur russe "a coque", c'est à dire flottant sur les ailes

Un concept (et des bords de fuite) qui ne devraient pas résister longtemps au clapot

 

Le concurrent russe du CL415 Canadair

Avantages comparatifs des champions de la lutte anti-incendie

Ces éléments sont tout à fait officieux et fournis à titre indicatif :

Beriev 200

  • Capacité d'eau maxi.12 000 litres
  • Vitesse transit 300 Nœuds
  • Vitesse largage 120 Nœuds
  • Longueur plan d’eau 2600 m
  • Prix catalogue 35M$

Bombardier 415 "Canadair"   

  • Capacité d'eau maxi. : 6137 litres
  • Vitesse transit 180 Nœuds
  • Vitesse largage 110 Kts           
  • Longueur plan d'eau : 1300m
  • Prix catalogue 30M$

Quelques remarques sur les opérations de la Sécurité Civile :

Pour la France, le rayon d’intervention n'est pas le facteur principal. Tout dépend d’où se trouvent le feu et la zone d’écopage. Exemple, pour un feu situé à 40Nm de la base avec une zone d’écopage à 30Nm : Un Beriev larguera 100 tonnes et un Canadair 50. Un binôme de Canadair fera le même travail qu’un Beriev. A noter qu'une partie des plans d’eau français est impraticable pour le Beriev et que le rapport de consommation carburant est de 2,7 à l’avantage du Canadair. Les deux appareils semblent complémentaires.

 

               

 

 

 

 

Un 6 places robuste, remotorisé avec un moteur 300ch, et certifié en 2000.

Toute la gamme des Cessna peut recevoir des flotteurs.

Un grand nombre de ces hydravions ou amphibies vole à travers le monde

Sur la photo en vignette : Hydravion Base de Biscarrosse Parentis (Voir écoles hydravion)

Construits en Russie les CH-22 sont de petits bimoteurs triplaces, amphibies équipés de Rotax 582 (2x65CV) 

Chez le même constructeur le CH-23 est un monomoteur, biplace, amphibie équipé d'un Rotax 912ULS.

l'entreprise est au Quebec.

Le Bushcaddy est construit en tôle et rivets.

Existe aussi en triplace

Même si sa construction s'est terminée en 1965, comment ne pas évoquer le Beaver.

Construit par De Havilland Canada à 1657 exemplaires nombreux sont ceux qui assurent encore aujourd'hui de bons et loyaux services.

Pouvant accueillir 7 passagers pour une masse maxi décollage de 2.37t.

Un hydravion parfaitement adapté à sa tâche, mais équipé d'un moteur en étoile... Bruyant !

 

Pages